Des tomates et des hommes

Ah, joli mois de mai si important pour le potager, n’oublions pas de fêter les jardiniers ce 31 ! Rappelez-vous, il y a un an, les meilleurs d’entre eux annonçaient ce jour là au monde, qu’ils avaient achevé le séquençage complet du génome de la tomate, un projet ayant mobilisé pendant neuf ans, trois cents chercheurs dans quatorze pays dont la France bien sûr. NSF Potato Genome Sequence, SGN Tomato Genome… rien n’arrête le développement des projets génomiques dont l’ambition est l’excellence.

« Approfondir la connaissance des principales voies métaboliques dans les plantes et rationaliser la sélection de nouvelles variétés », c’est là le noble but de la génomique qu’est l’étude exhaustive des gènes. Comme nous le dit si bien l’INRA, les « ressources génomiques végétales constituent un enjeu stratégique majeur pour l’identification de gènes d’intérêt ».

page1image7904

L’enjeu est crucial : « Développer de meilleures tomates aidera à assurer la sécurité alimentaire mondiale », ce sont les chercheurs du consortium qui nous l’assènent avec grandiloquence. Après les tubercules (pomme de terre, topinambour, manioc, igname…), c’est la préférée de nos assiettes. Lire [PDF] Téléchargez l’enquête tomate – Medfel

Hé oui, Chaque seconde, ce sont près de 4.000 kilos de tomates qui sont produits dans le monde soit environ 120 millions de tonnes de tomates cultivées et récoltées chaque année. On parle de la tomate industrielle bien sûr, longtemps à la chair dure et insipide, qui pousse même en hiver, de plus en plus souvent sans terre et sans soleil y compris en été, et qui prend sa belle couleur rouge grâce à
l’éthephon. Celle-là, il faut pouvoir la bringuebaler par monts et vaux sur des centaines de kilomètres et nous faire croire qu’elle vient d’être cueillie et délicatement posée sur l’étal lorsqu’elle arrive jusqu’à nous.

Qu’il est difficile de s’élever au-dessus de la nature ! Heureusement que l’homme a ses universités et ses laboratoires tant privés que publics, tous dédiés à notre « sécurité alimentaire ». De façon générale, ces jardiniers modernes ne font rien de plus que nos jardiniers anciens mais en plus vite. C’est juste la technique qui diffère pour sélectionner « les meilleures variétés » à la façon de Mendel.
« Quoi, vous ne le croyez pas ? »
« Vous ignorez donc que quand vous faites votre pain, c’est de la biotechnologie, idem de la fermentation de la bière pratiquée depuis la nuit des temps ! Vous savez les biotechnologies, c’est très vaste et cela englobe des techniques très anciennes, pas seulement le génie génétique ! »
« C’est c’la oui… et si l’on revenait à nos végétaux ? »
Retour sur les origines de l’amélioration des plantes :

http://mon.univ-montp2.fr/claroline/backends/download.php? url=L1ZBUk9RVUVBVVgvY291cnNfMl9GTU9WMTA0X2Jpb3RlY2gucG Rm&cidReset=true&cidReq=FMOV104

Finalement, vous avez raison de ne pas vous laisser berner car à part la mutagénèse par irradiation désormais accessible dans tout potager japonais, ce qui se fait aujourd’hui grâce aux biotechnologies dépasse

page2image15832

les moyens du jardinier lambda si doué soit-il, et les OGM ne sont que la partie visible de l’iceberg dans l’agro-industrie.
Heureusement concernant la tomate GM, elle est pour le moment soit interdite soit autorisée mais non commercialisée. La Frankenstein ne serait vendue qu’en Chine à ce jour, y aurait déjà démarré aussi le projet Beijing Genomics Institute qui vise à l’amélioration de l’intelligence humaine !

Chez nous, il n’en demeure pas moins que plus de 75% des semences de tomates autorisées à la vente sont celles de plantes hybrides F1 (ex la Montfavet de l’INRA la première dans les années 60, l’une des plus connues et toujours plébiscitée) et plus de 98 % des semences sont sous certificat d’obtention végétale. Certes, elles sont très appréciées et nous avons encore la chance de ne pas manger de tomate GM mais le marché est cadenassé. En effet, si les nouvelles variétés d’hybrides naissent et disparaissent à toute allure sans qu’il soit possible de les dénombrer toutes, les espèces anciennes appelées aussi « semences paysannes » sont interdites à la commercialisation si elles ne sont pas inscrites au catalogue officiel des espèces et variétés de plantes cultivées en France ou au catalogue européen.

Rappelons-nous :

http://ventmarin.free.fr/passion_tomates/coupure_presse/ 2007_10_27_varietes_interdites_a_la_vente.htm

Les variétés naturelles n’étant plus utilisées, voire interdites de culture pour la vente, c’est leur disparition programmée et… entérinée à tout jamais. Un problème qui ne concerne pas que la tomate bien sûr.
A cette vision Kafkaïenne de l’agriculture, il faut ajouter la brevetabilité du vivant car rien n’arrête le business. Par exemple, la tentative d’un brevet EP1211926 relatif à la tomate démontre s’il en est besoin que la vigilance est de mise. Un autre type de brevet peut faire réfléchir de manière plus générale car c’est une menace qui plane sur tous les végétaux, c’est celui octroyé à Delta & Pine Land (racheté depuis par Monsanto, la multinationale philanthrope). Cette firme avait développé une technique permettant d’introduire un transgène appelé
« Terminator » permettant la stérilité des graines récoltées. Qu’est-ce que la transgénèse ? Réponse rapide : http:// www.plantsforourfuture.com/Transgenese

Pour en savoir plus :

page4image552

http://biogassendi.perso.sfr.fr/ogm.htm http://www.suisse.attac.org/spip.php?page=impression&id_article=424

Et de fil en aiguille, on est arrive là !

Alors, on nous rassure :
« il n’y a pas d’animaux transgéniques actuellement approuvés à des fins de consommation humaine ou animale. On ne trouve pas non
plus sur le marché des tomates ou des fraises GM avec des gènes de poisson pour résister au froid, ni des plantes GM produisant des graines stériles. Ces variétés d’OGM sont seulement utilisées à des fins de recherches privées ou publiques. »
(extrait de http://www.ogm.gouv.qc.ca/utilisation_actuelle.html)

C’est toujours le même discours ! Un mécano innocent « juste pour la recherche » nous dit-on à chaque fois ! Maintenant, nous sommes pieds et poings liés, entièrement livrés aux sorciers de l’industrie agro- alimentaire, laquelle contrôle tout, et fait la pluie et le beau temps au nom encore de notre soi-disant « sécurité alimentaire ».

page4image8952

Des fraises comportant des gènes de poisson pour résister au gel, existent bel et bien mais allons-y doucement ! Les tomates GM n’ont pas fait un tabac, il s’agit de ne pas rater son coup avec le nouveau marché de l’élevage qui va enfin démarrer grâce à l’autorisation d’exploitation du saumon transgénique aux Etats-Unis.

L’ensemble du vivant est soumis

aux technophiles…

Les hommes fous ! https://www.youtube.com/watch? feature=player_embedded&v=_3pPwKM4Ia4

Des souris et des hommes !
La souris transgénique a fait son apparition en 1981 puis le porc, le rat transgénique… La liste des animaux Frankenstein, des chimères,
des clones s’allonge aussi sans aucun référendum citoyen sur la technoscience qui peut courir sans tête sur ses deux pattes…

page5image7752page5image7920

« Améliorer » le maître mot des biotechnologies des temps super modernes !

page6image1600

Quelques exemples succincts : des vaches génétiquement modifiées pour produire du lait plus « sain » en Chine, d’autres au label « santé et sécurité » en Angleterre où les chercheurs, les ont inventées sans cornes, et n’oublions pas Rosita, la petite vache clonée qui a deux gènes d’origine humaine afin de produire elle, directement du lait maternisé. Des enfants sont déçus. Ils attendaient avec impatience l’introduction du gène Banania chez Rosita mais cela n’est pas encore au point.

On n’est pas loin de la société parfaite vue par le voyageur imprudent de Barjavel….
Le post animal est déjà une réalité, il s’agit maintenant d’aller vers le post humain ! Pour les transhumanistes, ce vieux rêve leur semble désormais possible…

Des hommes ou des tomates !

page6image8936

Nos jardiniers mécanos ont terminé le séquençage complet du génome humain en 2004. Comparé à celui de la tomate qui s’est achevé l’année dernière et a duré neuf ans, ce projet aura duré quinze ans au total. Tous les gènes ne sont pas identifiés évidemment mais l’excitation n’est pas retombée, au contraire :

 » Bientôt (..) tout le monde sera séquencé, probablement dès le plus jeune âge, et pourra faire des choix médicaux, de régime alimentaire et de style de vie en fonction d’informations spécifiques, plutôt que sur des intuitions quant à leurs éventuelles vulnérabilités. » (Jonathan Rothberg d’Ion Torrent, son profil : http://en.wikipedia.org/wiki/ Jonathan_M._Rothberg)

Et ceux qui ne veulent pas de vaccins ni manger des … tomates (on y revient hé hé…), ils devront les avaler quand même vendus sous forme de gélules contenant de la purée de tomate lyophilisée pour faciliter le dosage : http://tpeogm.sport24.com/12340/Des-vaccins-par-les-plantes-la- tomate-qui-vaccine/

« La connaissance du génome d’une personne permettra aux spécialistes de personnaliser les traitements médicaux et les médicaments qui lui seront administrés, afin de maximiser l’efficacité tout en minimisant les effets secondaires.  »

page7image10424

« Le premier ministre britannique David Cameron vient de lancer l’initiative « 100 000 Genomes », qui ciblera des patients atteints de cancers ou de maladies rares. Le projet est budgété à 1 600 euros le génome.

On découvrira chez nombre de ces personnes des gènes pathogènes récessifs – donnant un risque sur quatre de transmettre une maladie grave à leur enfant si leur conjoint est dans le même cas. » Comme un bonheur n’arrive jamais seul, grâce à la société « Illumina » en Californie, un nouveau test peut séquencer le génome entier des nouveau-nés en seulement deux jours. Bientôt disponible dans les unités de soins intensifs en néonatalogie pour dépister d’éventuelles maladies génétiques, on imagine mal qu’il ne soit pas proposé partout dans le futur. Bienvenue à Gattaca ! Ils seront sans doute nombreux à louer ces innovations où la machine prend le pas sur le diagnostic humain.

Mais attention tout de même au pragmatisme du transhumaniste !
« La qualité des personnes, et non la seule quantité, est ce que nous devons viser : par conséquent, une politique concertée est nécessaire pour empêcher le flot croissant de la population de submerger tous nos espoirs d’un monde meilleur.  » (Julian Huxley biologiste, le frère d’Aldous l’écrivain)

Chez l’homme, l’acceptation de la modification de son génome, passe par ce qui est appelé pudiquement « la transgénèse thérapeutique » ou « la thérapie génique », l’objet d’une grand’messe médiatique annuelle : le Téléthon…

Cependant plutôt que de tenter vainement de réparer, c’est la promesse d’une « médecine » prédictive (eugéniste) et la création d’un homme GM ultra performant qui font rêver nos jardiniers spécialistes de la transgénèse. Ceux-ci ne doutent pas de réussir un jour et surtout d’être applaudis… Pas besoin d’un débat, la cause de la super tomate est entendue, nul ne les arrêtera dans leurs rêves prométhéens !